Par le Professeur Dr. Trino Soriano.

 


Depuis des dizaines d’années nous enseignons, dans notre Ecole des Sciences Biologiques de la Santé, l’immense influence de nos perceptions sur la physiologie du corps humain, perceptions que nous transformons instantanément en émotions.

 

N’importe quelle fonction de notre organisme peut être améliorée ou détériorée par nos émotions, que nous fabriquons en réalité nous-même avec notre manière particulière de percevoir et d’interpréter l’information que nous recevons.

Pour mieux comprendre ce concept, nous devons connaître les fondamentaux de ce mécanisme, qui est techniquement appelé Psychosomatique. Cette spécialité étudie les réactions qui se produisent dans nos fonctions physiologiques comme réponses aux stimulations que nous recevons du monde extérieur après qu’elles aient été filtrées et traitées par notre mental.

Pour nous aider à comprendre le fonctionnement de ce mécanisme, nous allons examiner quatre piliers fondamentaux : 

1.- La perception

2.- L’impulsion nerveuse

3.- Le système immunitaire

4.- Les fonctions physiologiques

 


 

 

 

 

1.- La perception

 

La perception est un pilier fondamental de la santé et de toutes activités dans notre vie. En fonction de notre interprétation des messages ou informations que nous recevons, notre réponse peut être adéquate ou inadéquate, bénéfique ou préjudiciable, favorable ou défavorable, pour notre vie et notre santé.

Ce qui est intéressant dans ce raisonnement, c’est que la manière dont nous percevons l’information reçue dans les actes de la vie quotidienne, dépendra principalement de la manière dont nous avons éduqué (ou a été éduquée) notre conscience et de notre appréciation ou amour des autres personnes.

N’oublions pas cette règle que nous pouvons observer dans la vie quotidienne :

   - Meilleure sera la programmation de nos priorités et notre amour des autres : plus notre vie sera de qualité

   - Plus il y aura d’anarchie et de dépréciation des autres : pire sera notre qualité de vie.

 

On trouve une explication biologique et biochimique à cela. Lorsque notre état d’âme s’améliore ou s’empire, selon la manière, positive ou négative, dont nous interprétons l’information que nous recevons de notre entourage, notre santé, dans le même temps, peut s’améliorer ou s’empirer puisque cette information est instantanément transmise au reste de l’organisme au moyen de l’impulsion nerveuse.


 

 

 

  

 

 

  

 

2.- L’impulsion nerveuse

Il n’est pas nécessaire de recourir à des définitions excessivement techniques pour expliquer de manière claire et scientifique la fonction que réalisent les neurotransmetteurs, bien qu’il soit toujours nécessaire de mentionner que, à ce sujet, les recherches à l’appui furent fondamentales pour expliquer cette fonction, comme ce fut le cas de celles de notre apprécié Prix Nobel Santiago Ramón y Cajal.

C’est pour cela, qu’il est aujourd’hui à la portée de toutes les cultures de constater le fait incontestable que n’importe quelle réaction, positive ou négative, de notre perception, est transmise au restant de l’organisme par nos neurotransmetteurs, eux-mêmes stimulés au moyen de notre extraordinaire système nerveux. Cela affecte directement les fonctions du système immunitaire qui peut être amélioré au moyen de stimulations de guérison ou fragilisé par des stimulations déprimantes.

 

Ce processus, qui affecte tout l’organisme, est réalisé de manière extraordinairement rapide. Cependant, le résultat et l’effet de ces impulsions dépend directement de la manière dont nous avons perçu l’information, que ce soit de manière constructive ou destructive. En effet, il est reconnu que même les plus dures expériences apportent beaucoup de positif et d’enseignement pour le futur, ce qui fait que cette prise de conscience, progressivement, protège toujours la santé.


Lorsque nous analysons notre relation avec d’autres personnes, nous constatons que l’influence sur notre santé dépend beaucoup de la manière dont nous les considérons. Si nous usons d’empathie ou manifestons de l’intérêt pour eux, toujours de manière constructive et quel que soit l’individu, nous pourrons observer les bienfaits qu’apporteront de tels traitements ; sachant qu’il y aura toujours des bénéfices.

 

Et dans le cas où nous ne pouvons pas supporter ce type de traitement, alors nous devons reconnaître que nous avons un problème de concept ou une programmation défectueuse qu’il nous faudra résoudre sans faute car dans le cas contraire cela sera progressivement préjudiciable à notre santé. Evidemment, moins nous aurons d’intérêt pour les autres, plus ils nous dérangeront et plus cela portera préjudice à notre santé, de manière inconsciente. Lorsque nous manquons d’intérêt pour les autres et ne sommes pas capables de nous mettre à la place des personnes avec lesquelles nous traitons, l’information qu’elles nous transmettent nous gêne et affaibli progressivement notre système immunitaire.


 

 

 

 

 

3.- Le système immunitaire.

Le système immunitaire possède une multitude de fonctions dans l’organisme humain. Il a comme objectif de maintenir toutes les constantes physiologiques en parfait fonctionnement sans que ne se présente aucun problème (homéostasie), ce qui équivaut à une ‘santé normale’.

Cependant, n’importe quelle altération, due à une perception mal interprétée, transmet un ordre, au moyen des neurotransmetteurs, au système immunitaire. Cela peut affecter, de manière insoupçonnée n’importe laquelle des fonctions vitales nécessaires au maintien de la santé, depuis une altération du pH du plasma avec l’altération conséquente du terrain organique développant un processus infectieux, jusqu’à une pathologie fonctionnelle de n’importe quel appareil ou système de l’organisme. Ceci dépend de la structure génétique de chaque individu.

 

En clair, l’information que le système immunitaire reçoit au moyen de la neurotransmission, induite par notre perception propre, est traitée sous forme d’ordres, positifs ou négatifs, qui peuvent nous aider à sortir de n’importe quelle maladie théoriquement incurable, ou peut nous enfoncer dans une maladie de type dégénératif.

Nous arrivons à présent à un point fondamental à ce propos, à savoir : « Si nous continuons à entrainer notre perception en tirant profit de toutes nos expériences quotidiennes, facilitant ainsi des fonctions nerveuses normales, alors nos neurotransmetteurs enverront cette information, de normalité et de tranquillité, à notre système immunitaire qui sera capable, à son tour, de maintenir l’équilibre dans l’organisme en régulant l’homéostasie ou normalité dans toutes les fonctions physiologiques » .


(Pour d'autres informations sur le système immunitaire, voyez l'article Le système immunitaire...notre ami.)


4.- Les fonctions physiologiques.

 

Ces fonctions sont celles qui maintiennent la vie. En elles travaillent tous les appareils et systèmes organiques , c’est la machine physiologique humaine, avec ses fonctions constantes d’assimilation nutritionnelle, de régénération cellulaire et d’élimination de résidus. Quand certaines d’entre elles défaillent, le mécanisme complet de la machinerie humaine commence à se détériorer.

 Le fait qu’un organe commence en priorité à défaillir, suite à une mauvaise compréhension de notre entourage, dépendra de la constitution génétique de chaque individu. Cependant, nous ne devons pas oublier que, associé à cette perception particulière propre à chaque individu, nous devons considérer d’autres facteurs, comme les habitudes de vie, l’environnement et les nutriments polluants ou les traitements pharmaceutiques avec effets secondaires.

 

Dans de nombreux cas, il est clair que la délicate chaine que forment les mécanismes de perception, l’impulsion nerveuse, le système immunologique et les fonctions physiologiques, est déjà altérée par divers facteurs de pollution et formes de vie ou traitements inadéquats.


C’est pour cela précisément qu’il est d’une importance vitale de bien soigner la chaîne de soutien que forment les quatre colonnes, qui ont été citées dans les paragraphes précédents, parce que, malheureusement, quand cette chaine psychosomatique défaille, l’édifice humain entier se couche, puisque la pollution de la société de consommation s’est déjà chargée de porter atteinte aux tissus cellulaires de l’organisme, et il ne manque alors plus qu’à enfoncer notre enveloppe de protection psychologique qui maintient et distribue notre énergie vitale.

 Pour conclure

N’ oublions pas « l’amour et l’empathie produisent une perception plus normale de l’environnement, une transmission nerveuse plus détendue et naturelle, une régulation hormonale et un système immunitaire plus équilibrés et des fonctions physiologiques normales, ce qui équivaut à la ‘normalité dans la santé’. »

 

Article traduit par Stéphanie Tisserand
Hygiéniste Naturopathe - Professeur d'éducation de la santé

Pour la consulter ou lui poser vos questions prenez contact.

  

Chaque astuce-santé n'est qu'un 'remède naturel' qui ne règle pas le problème de fond. 
Demandez conseil au 0.448.140.007.

Pour s'assurer que le problème ne se présente plus, un travail de fond est nécessaire.
Chaque individu est différent. Un conseil personnalisé peut se révéler précieux.